COMMUNIQUE – Le CJDES élit une nouvelle présidente, Laure Delair, et appelle l’ESS à faire mouvement ensemble

L’assemblée générale du CJDES s’est réunie ce jeudi 28 juin 2018. Les adhérent.es de l’association, ainsi que ses sympathisant.es (l’AG est ouverte aux non adhérent.es), ont pu partager le bilan de l’année et échanger sur les perspectives de l’association.

Trois temps forts ont marqué cette assemblée générale :

• Le CJDES change de présidente. Après 3 ans de présidence, Anne Pfersdorff a passé la main à Laure Delair, membre du bureau de l’association depuis juin 2017 ;

• Le CJDES change ses statuts et réforme sa gouvernance pour une gouvernance plus ouverte et plus participative, organisée autour de projets ;

• Le CJDES appelle l’ESS à faire mouvement. Dans ce cadre, les adhérents du CJDES ont pu échanger avec Thierry Beaudet, président de la FNMF, Jean-Louis Bancel, président de Coop FR et Philippe Jahshan, président du Mouvement associatif, sur les perspectives communes que peut se donner l’ESS. 

Laure Delair est élue présidente du CJDES

Laure Delair succède à Anne Pfersdorff à la tête de l’association. Salariée du Groupe MACIF, assureur mutualiste, Laure Delair est engagée au CJDES depuis 3 ans, membre du bureau de l’association depuis juin 2017, et nommée au Conseil Supérieur de l’ESS (CSESS). Ses années militantes au sein des organisations de jeunesses l’ont également amené à siéger, au nom du groupe des organisations étudiantes et mouvements de jeunesse, au Conseil Economique Sociale et Environnementale (CESE). A ce titre, elle a co-rapporté un avis sur l’orientation des jeunes, rendu le 11 avril 2018.

Le CJDES mise sur une nouvelle gouvernance plus participative, axée sur la co-construction de projets

Au sein de son « Club gouvernance », le CJDES travaille depuis plus de 3 ans sur l’expression des nouvelles formes de démocratie et de participation à la décision. Ces réflexions l’ont amené à interroger sa propre gouvernance et les espaces d’expressions laissés à ses bénévoles.

Partant du constat que sa gouvernance était trop pyramidale et trop rigide pour permettre à chacun de développer des projets ou de prendre part aux décisions, l’assemblée générale du CJDES a décidé :

• La création d’un Comité d’Animation des Projets (CAP). Lors de ce comité, les projets sont proposés et débattus collectivement et chacun.e peut décider de son niveau d’implication ;

• La suppression du conseil d’administration et l’élargissement du nombre de membres du bureau (jusqu’à 15 membres). Ses prérogatives sont réparties entre le CAP et le bureau ;

• L’ouverture de l’assemblée générale, les AG deviennent publiques.

Le CJDES appelle l’ESS à faire mouvement

L’assemblée générale a validée massivement le bilan de l’association. Le projet du CJDES s’inscrit dans la continuité de la précédente mandature et veut aller plus loin dans le rôle d’éducation populaire qui est le sien.

L’ambition exprimé par ses adhérent.es est de créer un environnement favorable qui permette à chacun de progresser individuellement et de faire progresser collectivement l’ESS. C’est ainsi que le CJDES veut apporter sa modeste contribution, pour poser les fondations de ce qui pourrait, demain « faire mouvement » dans l’ESS.

Pour faire mouvement dans l’ESS, les adhérent.es du CJDES travailleront autour de quatre axes :

• Donner à chacun.e les moyens d’agir dans l’ESS, le CJDES une école militante de l’ESS

• Agir en commun pour penser l’ESS de demain, le CJDES un espace de partage des idées

• Faire réseau dans l’ESS et créer du commun, le CJDES un espace de rencontre et de partage dans l’ESS

• Faire participer le plus grand nombre, le CJDES un espace où chacun trouve sa place